top of page

La République de Turquie, bientôt centenaire

Le 29 octobre 1923, la République de Turquie est proclamée, Mustafa Kemal est aussitôt élu président.



La Turquie est assez mal connue en France comparativement aux autres pays européens, à l’Amérique du Nord, au Maghreb ou aux anciennes colonies. Pourtant les interactions entre la France et la Turquie (l’Empire ottoman avant celle-ci), sont d’une richesse insoupçonnée. Elles s’étendent bien au-delà de l’actuel territoire de la Turquie et touchent de nombreux pays issus de l’Empire ottoman et qui étaient concernés par les réformes de l’Empire, fortement inspirées de la France du XIXe siècle.






En effet la période critique marquée par ces interactions se situe au XIXe lorsque les Ottomans décident d’occidentaliser le territoire de l’Empire. La France constitue leur source d’inspiration principale : les idées qui la traversent et les pratiques qui sont les siennes en termes de philosophie politique, d’idée nationale, de laïcité, d’administration du territoire, de centralisme administratif, d’enseignement militaire et d’enseignement national, parmi tant d’autres savoir-faire. Ces interactions se poursuivent malgré la conquête française des territoires ottomans de l’Afrique du Nord qui a lieu pratiquement au même moment.


Pour souligner l’intensité de ces interactions, je citerai Auguste Comte et quelques personnages politiques éminents. Le philosophe réagit en effet aux réformes occidentalisantes de l’Empire par une lettre adressée au grand vizir Mustafa Reshid Pacha, architecte de l’Édit de Tanzimat en 1839, paquet législatif d’importance historique, d’inspiration occidentale et touchant de très nombreux sujets.


Voilà arrivée en terre d’islam finalement la religion positive s’exclame-t-il.


Un des successeurs de Mustafa Reshid, le grand vizir Midhat Pacha, continue dans la même voie pour faire adopter, avec les contributions de nombreux collaborateurs, la première constitution de l’Empire. Un an plus tard en 1877, Midhat reçoit à Paris une délégation positiviste emmenée par Pierre Laffitte.


Bataille de Sakarya en 1921

Le positivisme reste très présent dans l’environnement politique et social de l’Empire au milieu du XIXe. Un autre personnage typique de cette époque est Ahmed Rıza Bey (1859-1930), président de la seconde législature en 1908, membre du Comité positiviste international, fort influent au sein de l’opposition ottomane/turque exilée, connue sous le nom des « Jeunes Turcs ». Leur devise est « Union et Progrès » rappelant manifestement l’« Ordre et Progrès » des positivistes. Ahmed Rıza Bey est célèbre, entre autres, pour avoir prononcé un discours sur la tombe d’Auguste Comte où il réitère sa « conversion » de l’islam au positivisme.


Les idées et les actions inspirées, voire importées de la France, mériteraient un éclairage approfondi afin de marquer la filiation, mais également de réfléchir sur la situation chaotique actuelle de la Turquie où les tentatives de désoccidentalisation et du retour du religieux supplantent les manifestations de deux siècles de transformation occidentalisante.

Deux interactions fondamentales entre la France et la Turquie méritent également d’être éclairées.


La première concerne le Maghreb et la « triangulaire » insoupçonnée qui existe entre le Sud méditerranéen et ces deux pays (Algérie et Tunisie), anciennes puissances coloniales. Ces continuités, ruptures et influences indirectes demanderaient à être interprétées sous un nouvel angle. Pour exemple citons l’inspiration d’Habib Bourguiba de Mustafa Kemal Atatürk et forcément les conséquences actuelles des tentatives occidentalisantes dans les deux pays.


La seconde concerne tout ce qui est en rapport avec le génocide des Arméniens, avec une France qui reste la terre d’accueil principale en Europe des rescapés du génocide et une Turquie qui continuer obstinément à nier cette catastrophe, historique et constituante de son identité nationale et politique.


Nous espérons que l’année 2023 nous donnera l’occasion d’approfondir ces questions et, ainsi, de contribuer à une meilleure compréhension mutuelle.


Cengiz Aktar, politologue


Cengiz Aktar est l'auteur, aux éditions empreinte de l'ouvrage "Le malaise turc"


Découvrez notre interview de Cengiz Akatar en vidéo




146 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page