10 étapes pour arrêter de fumer !





On peut adresser de nombreux reproches au tabac – et soyez certains que je m’appliquerai à décrire ses innombrables dangers – mais reconnaissons toutefois que fumer c’est vraiment « trop cool ».

Que ce soit Ronnie Wood des Rolling Stones, qui arpentait la scène en grattant « Brown Sugar » d’une main et en tirant sur une clope de l’autre, Ernest Hemingway penché sur sa machine à écrire, un mégot rougeoyant au coin des lèvres ou la très sexy Bette Davis et son regard légendaire, toujours voilé par des volutes de fumée, les célébrités et leurs accessoires à bout filtré... ont incontestablement donné une note glamour et branchée à la cigarette. Fumer, c’est aussi rock-and-roll que les Stones eux-mêmes !





Pourtant, dans le cadre de ma pratique médicale, le tableau que m’offrent les accros au tabac est loin d’être cool. J’en rencontre régulièrement qui ont encrassé leurs artères pendant des années en avalant de la fumée, ce qui a fini par provoquer une crise cardiaque terrassante ou un accident vasculaire cérébral qui les a laissés paralysés. Devenues impotentes, ces personnes autrefois en bonne santé ont désormais besoin qu’on les nourrisse et qu’on change leurs couches. D’autres fumeurs ont les poumons tellement ravagés par la nicotine qu’ils n’absorbent plus assez d’air à chaque inspiration, qu’ils soufflent comme un bœuf au moindre effort et qu’une bonbonne d’oxygène leur est indispensable pour monter les escaliers. Chevaucher au grand air comme le fameux cowboy leur coûterait la vie.


Et puis, il y a ceux, innombrables, chez qui l’amour de la cigarette a déclenché une mutation cellulaire et provoqué l’apparition d’un cancer dans une ou plusieurs zones de leur corps. Que le cancer affecte la bouche, la gorge, les poumons, la vessie ou les intestins, la conséquence est toujours similaire : une lente agonie au fur et à mesure que les cellules cancéreuses se divisent inlassablement, privent l’organisme d’énergie et ne laissent plus que la peau sur les os.


Évidemment, si vous êtes fumeur, vous savez déjà tout cela. En fait, à moins d’avoir été récemment téléporté depuis Mars pour observer notre étrange espèce, vous avez déjà été sensibilisé à maintes reprises par des médecins, des infirmières, les pouvoirs publics et les médias sur le danger que représente le tabagisme pour votre santé. Pourtant, pour une raison ou pour une autre, leurs arguments ne suffisent pas pour vous donner l’envie d’arrêter.


Pourquoi fumer est nocif ?


  • Cela peut provoquer divers cancer

  • Les fumeurs sont davantage sujets à développer la cataracte et une dégénérescence maculaire, des affections qui provoquent une perte partielle voire même totale de la vision.

  • Le tabac entraîne une mauvaise haleine et provoque des ulcères buccaux douloureux. Il tache les dents et la langue, et rend le fumeur plus sensible aux gingivites

  • Les cigarettes réduisent la circulation du sang vers l’épiderme, rendant la peau des fumeurs grise, plus pâle et beaucoup plus ridée que celle des non-fumeurs.

  • Le tabagisme augmente la tension artérielle, ce qui renforce à son tour les risques de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral

  • Les couples de fumeurs présentent une probabilité beaucoup plus grande de connaître des problèmes d’infertilité.


Pourquoi commence-t-on à fumer ?


  • Pour le plaisir et la satisfaction éprouvée – 15,6 %

  • Pour se sentir mûr et indépendant – 9 %

  • Sous l’influence de leur partenaire ou de leur famille – 6,6 %

  • Pour se déstresser – 2,5 %

  • Pour se rassurer – 1,9 %

  • Par curiosité – 1,8 %





Les étapes du sevrage tabagique


Pour mieux définir les différentes étapes par lesquelles vous passerez, des scientifiques ont élaboré ce qui s’appelle le modèle transthéorique du changement. Les termes utilisés sont un peu techniques et cette façon de décrire la situation a un petit côté pontifiant, mais je suis certain qu’en découvrant ce processus, vous reconnaîtrez aisément dans quelle phase vous vous trouvez en ce moment.


Étape 1 : La pré-contemplation ou la non-motivation

• Vous n’avez aucune intention d’arrêter dans les six prochains mois.

• Vous êtes un fumeur heureux : tous les risques potentiels sont largement compensés par le plaisir éprouvé.

• Si vous vouliez arrêter de fumer, vous ne pensez pas que vous auriez assez de volonté.

• Vous craignez les effets secondaires éventuels du sevrage tabagique, comme la prise de poids.

• Vous avez aussi peu de chances d’arrêter de fumer que de décrocher la lune.


Étape 2 : La contemplation ou l’intention

• Vous y avez déjà songé.

• L’idée de renoncer au tabac dans les six prochains mois vous attire, même si vous ignorez totalement comment ou quand exactement vous pourriez y parvenir.

• Vous êtes désormais plus soucieux des risques du tabagisme.

• Vous vous préoccupez de la façon dont le tabac pourrait personnellement vous nuire à l’avenir.

• Vous avez cherché à vous désintoxiquer.

• Vous avez parlé avec des fumeurs qui ont réussi à se sevrer.

• Vous avez fait un pacte avec un autre accro à la cigarette pour essayer d’arrêter ensemble.


Étape 3 : La préparation

Le jour J approche.

• Vous prévoyez de cesser de fumer dans les prochaines semaines.

• Vous avez pris des mesures précises en vue de votre sevrage tabagique.

• Vous avez désormais une idée plus claire des moyens et des personnes qui seraient en mesure de vous aider.

• Vous avez cherché des informations complémentaires.

• Vous avez éventuellement consulté votre médecin de famille ou un organisme dédié aux fumeurs qui veulent renoncer à la cigarette.

• Vous vous êtes peut-être inscrit auprès d’un service hospitalier spécialisé.

• Vous avez fixé une date pour commencer à vous sevrer.


Étape 4 : L’action

• Vous l’avez fait !

• Pendant les six prochains mois, vous vous consacrerez activement à vous libérer de cette addiction.

• Vous dissociez la cigarette et vos gestes quotidiens.

• Vous utilisez les meilleures thérapies existantes pour favoriser votre désintoxication.

 

Il arrive que l’on traverse cette étape en quelques semaines seulement, mais ne soyez pas surpris si elle dure cinq à six mois.


Étape 5 : Le maintien ou la consolidation

• Vous n’avez pas grillé une seule cigarette depuis six mois.

• Vous avez la force de résister à toutes vos envies de fumer.

• Si vous pensez qu’une petite taffe de temps en temps ne vous fera pas de mal, c’est faux, donc ne vous y risquez pas !

• Gardez les yeux fixés sur votre objectif et continuez à utiliser tous les moyens qui vous ont aidé à parcourir tout ce chemin.


Étape 6 : La sortie permanente

Ta-da ! Vous êtes désormais abstinent. Vous avez vaincu vos envies et le tabac ne fait plus partie de votre vie. Cependant, une fois encore, soyez conscient du risque d’un excès d’autosatisfaction. Une seule petite cigarette et vous vous retrouveriez à la case départ, ce qui ne serait pas catastrophique, mais s’avérerait profondément décourageant après tous les efforts que vous avez fournis pour vous désintoxiquer.

Si vous suivez ces étapes sans rencontrer de difficulté majeure, vous avez beaucoup de chance et vous appartenez manifestement à la catégorie des super bolides. Mais vous êtes une exception à la règle, car la plupart des fumeurs interrompent le parcours plusieurs fois en chemin. Une sortie entre amis ou une journée stressante au boulot fait parfois capoter le processus, et vous ramène à l’étape 2.

Ne laissez pas ces rechutes vous décourager ! Comme nous le verrons, il existe de nombreux types de soutien pour vous aider en chemin. Par conséquent, si vous avez atteint la phase 3 et si vous êtes disposé à tenter le coup, c’est le moment favorable pour vous lancer. Et même si vous en êtes à la phase 2, il n’est pas trop tôt pour explorer les pourquoi et les comment du processus de sorte qu’il vous sera beaucoup plus aisé de le commencer lorsque vous serez prêt.


Il existe de nombreuses méthodes médicales et psychologiques pour arrêter de fumer que vous pourrez découvrir dans cet ouvrage :




Cet ouvrage est également disponible en version numérique ici


Les premiers symptômes du manque


  • La toux

  • Les rhumes et les symptômes grippaux

  • Les maux de tête

  • L’insomnie

  • La prise de poids

  • La constipation

  • Les sautes d’humeur et l’irritabilité


Le jeu en vaut largement la chandelle !


Cette liste de symptômes potentiels de sevrage risque de vous dissuader de franchir le pas. Pourtant, en toute franchise, ils ne sont pas aussi terribles qu’ils le paraissent. Avant tout, rappelez-vous qu’ils ne vous affecteront peut-être pas (il est certain que les substituts nicotiniques et les autres traitements médicaux contribuent à les éviter). Par ailleurs, si vous ressentez, malgré tout, ces désagréments, sachez qu’ils seront de courte durée.

En revanche, les conséquences négatives de votre tabagisme, si vous n’arrêtez pas de fumer, seront bien plus graves et la seule chose alors qui sera de courte durée, c’est votre vie !

Sur une note plus positive, nous consacrerons le prochain chapitre aux changements bénéfiques qui surviendront dans votre organisme après vous être sevré du tabac. Et, heureusement, ils l’emportent largement sur les symptômes déplaisants que nous avons évoqués.





Les effets bénéfiques de l’arrêt du tabac sur votre santé


  • Si vous cessez de fumer, votre grain de peau embellira de lui-même et passera du gris au rose clair, sans qu’il soit nécessaire d’acheter des crèmes et des lotions hors de prix

  • Votre goût et votre odorat seront ravivés, après avoir été émoussés par l’impact des substances chimiques toxiques contenues dans les cigarettes.

  • Vous respirerez beaucoup plus facilement et vous tousserez moins.

  • Vous aurez plus d’énergie pour pratiquer une activité physique et vous n’aurez plus froid aux mains ni aux pieds.

  • Regonflé à bloc, votre système immunitaire vous protégera beaucoup mieux contre les rhumes, la grippe et toutes les infections respiratoires dont vous souffriez sous l’influence du tabagisme.

  • Lorsqu’ils arrêtent le tabac, les hommes ont de meilleures érections et, grâce à une meilleure circulation sanguine dans ces zones sensibles et érogènes, le rapport sexuel devient plus intense et augmente la qualité des orgasmes chez les hommes comme chez les femmes.

  • Des recherches montrent qu’après avoir renoncé à la cigarette, le niveau de stress diminue et l’ancien fumeur se montre moins énervé et irascible que s’il avait continué à fumer.

  • La cerise sur le gâteau des bienfaits du sevrage nicotinique est qu’il vous permettra de vivre plus longtemps. C’est un fait indéniable.


Bonne route vers un avenir meilleur !


Allez plus loin grâce à l'ouvrage du Dr Simon Atkins

en version papier

en version numérique


Plus d'infos sur le site de tabac-info service

  • Facebook Black Round
  • Twitter Black Round
  • Noir Icône YouTube

éditions Empreinte temps présent - contact@editions-empreinte.com - 06 11 44 75 73