• Poids : 200 g

  • Nombre de pages : 152

  • Année : 2011

  • Ean : 9782356140340

Comme un dimanche d'août à Burgaz

15.20 €

Dans l'exil s'appliquent la double peine, la double perte. Comme si l'on mourait deux fois. On meurt de n'avoir pas vécu pleinement là-bas - faute d'espérance et donc de plénitude. On meurt d'avoir vécu à moitié ici - faute d'ancrage et donc de plénitude. Ce sont deux vies qu'on pleure. Deux vies vouées à l'absence, à la dérive. Deux vies jetées sur un radeau qui vogue d'une rive à l'autre, tangue, divague sans jamais vous laisser débarquer sur la terre ferme. 

Sur un ton à la fois tendre et caustique, l'auteure révèle l'intimité de personnages tantôt déracinés, tantôt décalés. Dans un monde tragi-comique, la douleur est tenue à distance, le rire n'est jamais loin. Des êtres de chair, ou de papier se font voler le scénario de leur vie. Ils affrontent les situations ordinaires de l'existence tandis que se superposent, se confondent et se cristallisent les lieux, les langues, les moments. La réalité formatée éclate à différents niveaux. Et la mémoire, sans cesse réactivée, attire irrésistiblement vers l'exil intérieur. 

De magnifiques histoires de vie offertes comme une confidence, un secret partagé. Née à Istanbul dans une famille arménienne, Esther Heboyan émigre en Allemagne puis en France. Après une formation d'angliciste, elle part étudier le journalisme aux États-Unis. Maître de conférences à l'Université d'Artois, elle se consacre à l'enseignement et à la recherche en littérature américaine. Elle a notamment publié Les passagers d'Istanbul (2006) aux éditions Parenthèses, Les Rhododendrons (2009) aux éditions Empreinte temps présent.

éditions Empreinte temps présent - contact@editions-empreinte.com - 06 11 44 75 73

  • Facebook Black Round
  • Twitter Black Round
  • Noir Icône YouTube