Coaching parental. Aider l’enfant à manger, en attendant une hospitalisation

  • On arrête nos activités à l’extérieur, en cherchant l’aspect pratique, et le soutien émotionnel pour nous même. Ses repas deviennent notre priorité. C’est un projet non négociable : 6 repas par jour, même si on manque l’école ou une activité.

  • On démontre que le monstre ne pourrait pas gagner parce que vous comptez sur 100 % nutrition.

  • On offre distractions : filmes, jeux, amis, histoires.

  • On reconnait les difficultés et on boost tout le temps, comme un vrai coach.

  • Si un repas n’est pas terminé on insiste sur le repos et la sécurité médicale, on annule des activités, on donne une boisson énergétique, tout en restant sans jugement et en évitant des attitudes de défaite (dur au début, ça vient avec la pratique). Quand certaines nourritures sont particulièrement difficiles, on félicite pour la quantité consommée.

  • Rendez-vous compte : vous faites un travail de « héros » : il faut le reconnaître tout en préparant le prochain repas*

Footnote Musby E., Getting Your Child with an Eating Disorder to Eat, Mirror Mirror, Eating Disorder Help, 2019, relevé de l’article et traduction de l’auteur

  • Facebook Black Round
  • Twitter Black Round
  • Noir Icône YouTube

éditions Empreinte temps présent - contact@editions-empreinte.com - 06 11 44 75 73