Une traversée de la maladie de Parkinson

Publié le : 2018-04-23 11:30:29
Catégories : Les médias parlent des éditions Empreinte , Les recensions de livres des éditions Empreinte temps présent

Une traversée de la maladie de Parkinson

Virginie Gutknecht

LES OISEAUX MIGRATEURS

Une traversée de la maladie de Parkinson

Empreinte temps présent, 2017, 132 p., 14 €






Médecin spécialiste des soins du handicap psychique de l’enfant et de l’adulte, mère d’une famille nombreuse épanouie et heureuse, l’A. apprend brutalement qu’elle est atteinte de la maladie de Parkinson.

Malgré la persistance d’un certain nombre de signes - lenteur des mouvements, difficultés à effectuer certains gestes -, elle n’avait pas compris à quoi correspondaient ces symptômes, ou elle n’avait pas voulu les comprendre.

Elle sait que, désormais, sa vie va être complètement changée.


Les oiseaux migrateurs Une traversée de la maladie de Parkinson

D’abord pour elle. Elle devra subir des traitements dont elle sait bien qu’ils ne sont que palliatifs : « Le médecin m’explique qu’il faut envisager un traitement faiblement dosé, sachant que le traitement ne guérit pas la maladie, mais en réduit seulement les symptômes... Il souligne le caractère évolutif inéluctable de cette maladie en précisant qu’on ne peut pas présumer de la rapidité de son évolution. » Elle décide, dans un premier temps, de ne rien dire de son état, sauf à son mari, qui va s’occuper d’elle avec une infinie tendresse. Ensuite il faudra avertir la famille et les proches amis, ses enfants, son pasteur et son groupe de prière, puis les autres relations.

C’est donc le récit des différentes péripéties de sa maladie qui est la trame de son livre.

Elle agit avec lucidité, en connaissance de cause, même si, parfois, le découragement l’effleure. Elle se rappelle ce que lui a dit une amie : « Surtout, il faut sourire ».

Sa foi profonde, et sa profonde connaissance des textes bibliques, dont elle fait de nombreuses citations, sont, avec l’amour des siens, une aide puissante, qui l’encourage dans les moments difficiles de l’évolution de sa maladie. S’il y a, parfois, de légers mieux, que de rechutes douloureuses qui ruinent l’espoir ! Des douleurs nouvelles, des chutes répétées jalonnent les jours, les mois, du développement de la maladie. Des soins pénibles, des opérations douloureuses, l’obligent à cesser son travail, et à ne plus se déplacer seule. Elle va alors continuer à jouer du piano, et commencer à prendre des leçons de chant. Ces victoires ont, pour elle, un grand prix.

Va-t-elle se résoudre à subir une dernière opération chirurgicale, celle de la dernière chance, qui comporte de grands risques ? Va-t-elle, enfin, finir sa « traversée », à l’image des oiseaux migrateurs, ceux dont Jérémie (8,7) évoque le voyage : « Même la cigogne dans les airs connaît le temps de ses migrations. La tourterelle, l’hirondelle et la grive ne manquent pas le moment du retour » ? Cette citation, qui ouvre le livre, est une belle métaphore de l’ensemble de ce récit émouvant.


Paule Baltzinger

Pour la revue Libre Sens

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Facebook Librairie7ici